La RDT en route pour... quoi?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La RDT en route pour... quoi?

Message par RDT manager le Dim 26 Aoû - 15:34

Les dirigeants de l'AS Caumont l'éventé, bon club de district des années 2000, décident de tenter l'aventure professionnelle en ce maussade été 2012. Avec eux : une poignée de jeunes plus ou moins (plutôt moins que plus néanmoins, selon Bernard Thévenet) prometteurs, trois routiers confirmés du monde amateur et le fameux recruteur monténégrin qui a roulé sa bosse dans tous les sports professionnels de haute corse (football, jet ski, trail, natation synchronisée), le "qui n'est plus à présenter" Anton Drobnjak.

En ce début de saison 19, les choses tournent plutôt bien : de jeunes polyvalents venus de Belgique, d'Irlande, de Tchéquie enrichissent l'effectif avec un jeune français bon spécialiste du pavé. Les jeunes alignés d'entrée font des résultats, Bertrand Santini malgré son foncier de pupille enchaîne les podiums, puis remporte deux étapes du PEFI et finit second au général. Il finit son début de saison en boulet de canon avec une victoire à Paris Roubaix et place l'équipe en tête de sa division.

Les dirigeants décident d'investir prudemment, sur un routier britannique de 35 ans qui doit devenir le leader sur terrains accidentés. Pas tout à fait à la hauteur de espérances, il ne monte sur aucun podium mais enchaîne les top 5 et permet à l'équipe d'engranger de bons points dans les classements par équipe. Acheté une centaine de milliers d'euros et revendu 30 000, il aura largement rentabilisé son passage et permis aux jeunes pros de l'équipe de prendre leurs marques.

Après un premier tiers de saison qui aura rempli les caisses et une victoire de Warren Le Bihan sur Montbrisson-Langogne, la RDT aborde le tour avec des objectifs élevés, autour de son leader du cru Julien Andrieu crédité de 82 en montagne et 73 en CLM. Las, son foncier de pupille asthmatique met très vite fin aux ambitions de la RDT, tout comme le plat défaillant de W. Le Bihan. Le tour est un long calvaire, mais les 4è et 5è places permettent quand même de garantir les finances.

La RDT qui a déjà acquis sa montée à ce stade de la saison décide d'investir sur des coureurs capables de briller à l'échelon du dessus : il est évident que si les Santini, Le Bihan et Andrieu se font plaisir en D6 (3 et 4 UCV pour les deux premiers et 3 victoires), ils auront du mal à exister au dessus. Lucas Gros, flandrien puncheur luxembourgeois de 27 ans, et Kade Metcalfe, coureur de tour australien (30 ans), arrivent contre 400 000€ chacun. Ils justifient immédiatement leur statut en terminant 1 et 2 de leur première course et remportent à eux 2 toutes les courses de la fin de saison (14 quand même...). La concurrence écœurée prend un peu de recul et les historiques de l'équipe continuent donc à s'incruster dans les top 10.

Le staff comprend assez vite que la fête est finie avec la montée en D5. 4-5 équipes sont manifestement au dessus, 3-4 autres sont de niveau équivalent. L'objectif avoué est de rentrer dans les 10 pour pouvoir jouer la montée dans un an, mais le président a déjà informé tout le monde qu'en dessous d'un top 5 il ne paierait pas le resto habituel mais fournirait juste les merguez aux herbes pour le traditionnel barbecue organisé par Metcalfe.

L'équipe est clairement armée pour jouer entre 5 et 10 : le vétéran belge Nils Gillet et le routier français Raymond Gaillard, habitués aux places d'honneur en D5, sont venus enrichir l'effectif. Le Bihan, Santini, Andrieu ont rempilé avec pour objectif de jouer les équipiers et de glaner des points sur leur terrain de prédilection.
Devant, 4 coureurs devront ramener des points à chaque fois : costauds en plat, vallon, foncier et montagne, le quatuor devrait réussir à s'exprimer toute la saison.
Au niveau des jeunes, les rescapés de l'an passé rempilent, avec 15 à 20 courses dans le calendrier. Grâce à une bonne vente (Ralf Poncin, 18 ans, 200 000€), la RDT a pu renouer avec Drobnjak qui a déjà dégoté un grimpeur français, conseillé des offres raisonnables sur des jeunes à post former, et devra trouver 2 ou 3 espoirs d'ici la fin août.

Michel Der Zakarian, licencié pour la seconde fois en deux ans par le président Kita et qui fait du vélo tous les dimanche avec sa fille, ami personnel du président qui lui refilait du calva de sa grand mère lorsqu'ils se fréquentaient adolescents à l'internat de Saint-Justin, a pris les commandes de l'entraînement fort de son diplôme national. Sa mission sera de tirer vers le haut les 7 à 8 membres du tout nouveau centre de formation installé dans les marais du Bessin. Il fera travailler le physique à des jeunes aux profils variés : pavés, vallon, montagne, plaine (en fait surtout pas mal d'hybrides bizarroïdes) qui ne deviendront jamais des stars mais qui pourraient faire de belles carrières à des niveaux divers. 4 d'entre eux (19-20 ans) s'essaieront quand même sur une quinzaine de courses, même si sur le papier plusieurs équipes ont des 21-22 assez flippants. 3-4 coureurs ne seront pas alignés de l'année, à part peut-être juste pour le fun sur le CC qui leur est réservé.

Avec tout ça, il faudra engranger 8 000 par course pour survivre : en deçà le train de vie voulu par les dirigeants amènera vite le club à la banqueroute et au retour à 0. Le Directeur sportif a été clair : "malgré la concurrence affichée, on a l'équipe (7 coureurs confirmés) pour viser 3 top 15 par course. Au dessus, ce sera du bonus. Malgré le début de saison compliqué (mon meilleur crossman a 70 en agi et je n'ai qu'un flandrien au dessus de 70 en pavés : d'ailleurs c'est le même), la densité et l'expérience des gros devrait permettre de ramener de l'UCV dans la besace et de mettre du beurre dans les épinards. Toute façon ça sert à rien de chouiner comme des gonzesses, maintenant il faut se sortir les doigts et appuyer sur les pédales : c'est pas compliqué le vélo".

Quand il se prend à rêver le dimanche après-midi après son biathlon myrte/hamac sur les hauteurs de Cargèse, le président est optimiste : "si les gars sont bons, il y a moyen de bien figurer (4-7 au général), d'amasser un petit matelas, et d'attaquer une seconde année de D5 l'an prochain avec un effectif amoindri (Andrieu, Gillet, Santini ne feront sauf miracle qu'une saison en D5, Le Bihan avec son foncier correct peut espérer s'y faire son petit trou), un nouveau grand leader (il faudra bien un jour dans l'effectif un gars vraiment capable de viser un grand tour) qui sera nécessaire pour viser plus haut, et le centre devra être rempli en quantité et en qualité : il faudra 10 bons jeunes entre 18 et 21 au début de la s.21, quitte à ce que certains pensionnaires actuels quittent le club (contre une rémunération conséquente a-t-il oublié de dire, NDLR)".

Wait and see


RDT manager

Messages : 339
Date d'inscription : 26/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La RDT en route pour... quoi?

Message par Falam le Dim 26 Aoû - 20:02

Très bonne présentation et surtout bon courage pour la saison..

Falam

Messages : 56
Date d'inscription : 06/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La RDT en route pour... quoi?

Message par RDT manager le Dim 20 Déc - 21:14

Il fallait bien un titre de D1 pour exhumer un topic dédié à la RDT!

L'équipe a fait son petit chemin depuis ces débuts en D6 pour devenir le champion de D1 le plus jeune dans le jeu.

Il aura fallu pas mal de réussite cette saison et quelques désistements pour y parvenir, mais on finit champions avec le pire calendrier imaginable au vu de l'effectif, donc l'un dans l'autre (non l'un et l'autre ne sont pas big boss et comorlé...)...

On espère réussir à rester en haut du pavé la saison prochaine et continuer à inquiéter big boss et comorlé, même si ce dernier paraît désormais intouchable avec ses recrues estivales... Mais après tout ils ont 15 bras et 15 jambes, comme nous, alors... Ce qui est sûr c'est que les gars poseront les c... sur le guidon (Thierry, si tu nous regardes).

Petite revue d'effectif pour le hall of fame de l'équipe !

Marek Kreuziger : crossman méconnu, il lance la saison de l'équipe en arrachant une victoire en solitaire le troisième jour et en collant aux basques de Bondar au général.

Jérémy Domenech : troisième roue du vélo en pavé, il a fait quelques bonnes places et parfaitement rempli son rôle.
Volodymir Mihal : recruté la saison précédente, il s'est intégré à merveille. Une victoire sur les premiers pavés de la saison et un tour solide ont placé l'équipe dans la roue de comorlé après le premier tiers.
Goran Santek : l'un des flandriens les plus souscôtés du moment, à coup sûr. Il a remis l'attaque au goût du jour en remportant en échappé et en solitaire son second tour en D1, avec un titre de champion national pour couronner sa saison. Le seul à rivaliser en talent pur avec le duo infernal des comorlé et le plus grand flandrien de l'histoire de l'équipe.

Nicky Frantz : arrivé cet été en tant que champion en titre, il a confirmé son statut en s'imposant sur la première arrivée de la saison. Une grosse présence aux sommets et deux tours solides. Un coureur clé pour le titre.
Jorn Bertelsen : de passage chez nous, son top 10 au général du tour de 4 jours s'est avéré déterminant pour continuer à traquer les comorlé.
Fernao Suza : un calendrier assez compliqué pour lui mais un très bon grand tour. Un des travailleurs de l'ombre de l'effectif qui rate de pas grand chose une première victoire en D1 à Kornudek.
Mariusz Joskowiak : champion UCV sortant, il arrive tardivement. Une étape, un général et un maillot à pois plus tard, il est tout simplement exceptionnel. Eût-il revêtu la tunique rdtienne dès le coup d'envoi, c'était le classement ucv à coup sûr! Deux grands tours consécutifs en D1, série en cours.
Rehor Troucha : comme Santek, une des grandes trouvailles de la cellule recrutement. Inconnu du grand public mais 400 points UCV dans la musette à la fin du bal. Un des grimpeurs les plus explosifs du peloton, ou plutôt de ce qu'il en reste quand il passe à l'action.

Jabari Dalton : un des chouchous de la formation RDT. Un calendrier très compliqué pour lui, mais un coeur énorme. A joué l'équipier pour faire briller les autres ; déterminant dans le tour de NZ où s'est construit le titre, et un maillot de champion national comme récompense.
Willie Banon : le puncheur le plus talentueux du centre de formation ne s'exprime que sur certains terrains. Une bonne saison couronnée d'un maillot de champion.
Milton Orsi : l'un des capitaines de route de l'équipe. A répondu présent quand on avait besoin de lui et a fait mal aux comorlé sur les routes vallonnées de la mi-saison.
Adam Pasek : comme à l'école de vélo de la RDT, s'est révélé sur les grandes classiques. Avec Milton, ils ont rendu le titre possible en engrangeant les places d'honneur quand c'était nécessaire.
Battista Ballan : guère en réussite en D1 où il n'en a pas claqué une et  n'a pas trouvé de tour à sa mesure. Une saison compliquée pour Battista c'est donc une troisième place Ucv, un titre de champion d'Italie et une coupe du monde. Ah oui, et une supercoupe en passant. Le plus gros scoreur de l'équipe au tableau d'affichage final, encore. Bref l'etna n'est qu'une gentille colline à côté du natif de catane.
Tom Bardot : snobé par les sélectionneurs nationaux à cause de son tempérament, éclipsé par l'aura de Battista, Tom Bardot aurait pu passer pour le nom d'un acteur porno de seconde zone auprès des observateurs de vm s'il n'avait pas tout défoncé cette année. 5 victoires en D1 et une en sélection nationale. Le plus grand coureur produit par le centre de formation de la RDT!

RDT manager

Messages : 339
Date d'inscription : 26/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La RDT en route pour... quoi?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum